Etant donné que j'ai deux textes d'avance, je vais en publier un aujourd'hui :p

 

Une pierre magique

 

Petit, mon père me racontait souvent l'existence d'une magnifique pierre ayant le pouvoir de faire rajeunir n'importe qui. Il y avait d'ailleurs consacré toute sa vie corps et âme pour la trouver : fouiller tous les manuscrits, faire multitudes de voyages pour retrouver cet objet si précieux à ses yeux. Tellement précieux qu'il en avait oublié son propre fils. Mon père ne cherchait pas la jeunesse éternelle, mais il était sûr que s'il trouvait ce trésor tant convoité, la science ferait un énorme pas dans l'humanité.

 

Me voilà, aujourd'hui coincé avec la promesse que j'ai faite à mon père, celle de consacrer ma vie à cette pierre. Ayant ratissé toutes les bibliothèques, étant retourné aux mêmes endroits que mon géniteur, fouiller méticuleusement tout ce qui pouvait avoir un quelconque lien avec ce trésor si convoité, je n'ai jamais eu un seul indice sur cet objet.

 

Plus le temps passait et plus je me disais que cette pierre n'était tout simplement que l'imagination de mon pauvre père. Contrairement à lui, je comptais vivre normalement, avoir des enfants, me marier et par-dessus tout être heureux. Je ne vois pas pourquoi moi, un jeune homme de seulement vingt-deux ans devrait obligatoirement vouloir changer ce monde minable, mais une promesse est une promesse.

 

Avant de mourir, mon père m'avait laissé une lettre que je n'avais jamais osé ouvrir jusqu'à maintenant car depuis sa disparition si soudaine, je ne veux plus aucun souvenir de lui mise à part ce trésor qui gâche littéralement ma vie.

 

Cependant, dans une vague de curiosité, assis à mon bureau, mes yeux se posent sur l'objet blanc qui ne cesse de me faire peur depuis la perte de mon paternel. Sans réfléchir plus longtemps, ma main l'agrippe et l'ouvre d'un coup sec sans se soucier de la pauvre enveloppe déchirée.

 

« Mon fils, si je ne suis plus là en ce moment avec toi, c'est parce qu'il y a une raison, tu dois te dire que je suis mort mais c'est faux, je suis prisonnier. Malheureusement, il sera dur pour moi de sortir de ma cellule car il y a des dizaines de gardes devant. Pourquoi est-ce que je suis ici ? C'est simple, ces personnes veulent la pierre et savent que j'ai beaucoup de connaissances à son sujet. Ne les laisse pas la récupérer, crois-moi ce qu'ils veulent en faire n'est pas scientifique. Je t'ai laissé trois adresses où il faudra que tu t'y rendes. Quand tu l'auras trouvée, ramène la à la maison et cache la pour que personne ne la trouve, attends-moi, je reviendrais. Je crois en toi mon fils. »

 

Immédiatement, mes yeux se posèrent sur les différents endroits que mon père m'avait laissés et sans attendre je démarra ma voiture et fonçai vers la première destination écrite sur la lettre. Au fur et à mesure que les kilomètres se rétrécissent, mon cœur se met à battre de plus en plus vite, j'ai peur, voilà la conclusion que j'ai réussi à me faire. Le fait que mon père ne soit pas mort me remplit de joie, mais sachant qu'il est emprisonné pour avoir donné sa vie à ses recherches me met en colère, ils n'ont aucun droit de faire ça.

 

Arrivé devant le premier bâtiment indiqué par l'adresse, je regarde autour de moi, prudent, vérifiant que personne ne me voit, respire. Je pousse une vieille porte et grince des dents en l'entendant crisser bruyamment. M'engouffrant dans une pièce, je fixe les murs remplis de chiffres et de lettres ne pouvant former un code correct, tous sauf l'un d'eux, écrit au feutre indélébile, comme si un enfant avait gribouillé dessus et c'était fait gronder par un adulte, comme si l'acte innocent du galopin mettait en danger cette personne mûre et développée. Sans attendre plus longtemps, je sors un livre que j'avais réussi à emprunter à la bibliothèque et parcourt les pages avec un œil attentif, je ne dois rien laisser passer.

 

Mon doigt s'arrête sur une ligne et un sourire se dessine sur mon visage, c'est ça ! C'est ce code ! Heureux d'avoir réussi à trouver une réponse à une énigme, je repars en voiture en direction de la deuxième adresse encore triomphant de ma première avancée depuis quatre ans.

 

La deuxième adresse est un petit bâtiment qui peut paraître sans intérêt à première vue, cependant je décide tout de même d'entrer. Comme la première fois, je fais le tour de la petite pièce et remarque un petit boîtier à demi caché par l’obscurité, un petit papier est collé dessus avec pour inscription « entrer le code ». Je comprends alors que je dois retranscrire l'indice de la première adresse sur le petit objet rectangulaire. Ma main droite tenant le livre sur lequel est inscrit l'indication pour pouvoir trouver cette pierre qui a fait emprisonner mon père et la gauche la tapant de mes doigts frigorifiés sur le boîtier.

 

Cela fait, un mur derrière moi s'ouvre en deux comme dans un film de science-fiction me sonnant le champ libre pour peut-être le deuxième indice. La salle dans laquelle je me trouve est deux fois plus petite que celle de l'entrée du bâtiment et est complètement vide, seule une lampe UV est posée devant moi et je comprends très vite que je dois éclairer les murs avec.

 

Une heure est passée et rien d'intéressant n'arrive à capter l'attention de mes yeux rougis par la fatigue. Abandonnant, je me dirige vers la dernière adresse déçu de ma défaite avec la lampe UV encore en main.

 

Le troisième bâtiment est beaucoup plus petit que les deux premiers, mais ce que je remarque tout de suite est qu'il y a encore un boîtier avec des chiffres gravés aléatoirement dessus. Mon premier réflexe est de sortir la lampe UV et de faire le tour des quatre murs pour vérifier qu'il n'y ait pas de code caché.

 

Au bout de vingt minutes, je suis toujours occupé à inspecter chaque recoin du bâtiment, mon bras commençant à me faire mal à force de tenir la lampe, j’hésite à abandonner pour aujourd'hui jusqu’à ce que mes yeux s'agrandissent en découvrant un hiéroglyphe. Sans attendre plus longtemps, je sors de nouveau un livre déchiffrant ce genre de message et écrit petit a petit les lettres qui deviennent ensuite des mots concrets.

 

« Place le livre »

 

Voilà, ce que j'avais mis tant de temps à déchiffrer, sans réfléchir, je plaque mon fidèle ami traducteur contre le mur en le tenant d'une main ferme. Puis, après quelques secondes d'attentes, une petite partie du mur s'enfonce dans la pièce et vient se ranger vers sa droite comme un mécanisme élaboré.

 

Je me précipite vers le milieu de la salle voyant l'objet tant convoité, l'objet où j'ai sacrifié quatre ans de ma vie pour le trouver, il est devant moi. Un élan de joie parcourt mon être tout entier, papa je l'ai enfin, je l'ai trouvé avant eux !

 

Prenant la pierre à pleine main, un sourire se dessine sur mon visage, je peux enfin la toucher ! Puis, je retourne en direction de mon habitation et la cache directement dans un petit bocal que je dissimule sous une pile de vêtements dans mon armoire, ce n'est pas vraiment l'abri parfait, mais ça fera l'affaire le temps que mon père revienne.

 

Quelques mois plus tard, mon géniteur est réapparu du jour au lendemain, il m'a raconté que les personnes qui l'avaient emprisonné s’étaient faites arrêtées par la police et que la pierre pouvait maintenant être donnée à la science. Depuis ce temps, le monde a beaucoup évolué en partie grâce à mon père et moi, la vieillesse peut être soignée à partir de maintenant. Tout ça à changer avec cette pierre magique.